Réhabilitation des friches littorales de Moëlan

Le long du littoral breton, une commune semble avoir trouvé la recette magique pour résister au recul des terres agricoles. Moëlan-sur-Mer, est bien décidée à installer des paysans sur ces terrains laissés à l’abandon en fiches, grâce à un article de loi oublié qui pourrait bien donner des idées à toute la France.

Ces terres en friches entourent la petite exploitation l’Atelier Potager de Julien Doineau. Freiné par le prix des terrains, ce maraîcher a longtemps remis à plus tard ses projets d’installation. Jusqu’à acquérir en 2018 un coin de terre de 3000 m², encore trop petit pour vivre de son travail. « Économiquement, ce n’est pas viable du tout. Il faut que je puisse en vivre, faire bouillir la marmite, pas seulement la remplir », explique-t-il. Il lui fallait donc plus de terre, Julien Doineau peut à l’aide de ce projet de défrichement cultiver les parcelles voisines laissées à l’abandon depuis 30 ans. Il a multiplier par dix la taille de son exploitation.

Une expansion rendue possible par la commune grâce à une astuce juridique étonnante : un vieil article du Code Rural (articles L125-1 et suivants) qui oblige les propriétaires à remettre en culture leurs terrains laissés en friches. C’est une aventure longue de plus de 5 ans, avec un long cheminement administratif menant à la décision du préfet d’expérimenter sur un total de 120 ha de friches. Le choix des parcelles appropriées à ce projet a conduit à contacter les propriétaires. 80 % d’entre eux ont souscrit au projet, les 20 % restant ont décidé de défricher et exploiter eux-mêmes leurs terrains.

Les citoyens se sont réappropriés le projet, en exigeant que les terres servent pour l’agriculture biologique. Retour en images par C Breton sur cette première en France à cette échelle.

https://www.facebook.com/cbretonofficiel/posts/175746524003241

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*